Lignes directrices pour les interprètes en langues vocales travaillant en équipes mixtes

Bonnes pratiques pour garantir une collaboration fluide entre interprètes de conférence en langues des signes et en langues vocales.

Sign Language Network

Les interprètes en langues vocales interprètent entre les langues vocales ou « parlées », alors que leurs confrères interprètes en langues des signes travaillent entre une langue vocale et une langue des signes ou entre deux langues des signes. Ces lignes directrices s’appliquent aux situations où les interprètes en langues vocales et en langues des signes travaillent ensemble au sein d’une même équipe mixte.


1. Langue des signes [1]

Les langues des signes sont des langues qui ont évolué à l’instar des langues vocales et qui disposent de propriétés linguistiques similaires à ces dernières. Il n’existe pas une langue des signes universelle, certains pays comptent même plus d’une seule langue des signes ou dialecte signé.

Toutefois, une langue auxiliaire souvent dénommée « signes internationaux » (SI) s’est développée pour faciliter la communication sur la scène internationale. Bien qu’il ne s’agisse pas d’une langue à proprement parler, c’est une solution permettant de transmettre un message à un public varié. Les signes internationaux n’ont pas pour vocation de remplacer les différentes langues des signes, mais peuvent constituer un moyen de communication acceptable pour les réunions et événements européens et internationaux.[2]

2. Formation et qualifications

Les interprètes en langues des signes sont formés pour travailler entre la langue des signes nationale et la langue vocale du pays où ils travaillent et séjournent. Tous les pays européens, tout comme les autres pays du monde, disposent de leur propre système de qualification et d’enregistrement des interprètes en langues des signes[3]. Ceux-ci sont tenus de respecter un code de déontologie qui garantit l’impartialité, la confidentialité, leur compétence linguistique et professionnelle ainsi que la poursuite de leur développement professionnel.

3. Travail au sein d’une équipe mixte composée d’interprètes en langues des signes et en langues vocales

Les interprètes en langues des signes travaillent entre une ou plusieurs langues vocales et une ou plusieurs langues des signes. Ils interprètent vers une langue des signes nationale ou vers les « signes internationaux », en fonction de la demande. Lorsqu’il travaille vers une langue vocale, l’interprète en langues des signes fournit un relais nécessaire aux interprètes en langues vocales et peut être amené à utiliser à son tour un relais de ses collègues en langues vocales. Les interprètes en langues des signes font partie intégrante de l’équipe d’interprétation. Avant le début de la réunion, le chef d’équipe devrait s’assurer que tous les membres de l’équipe connaissent les modalités de relais, en particulier lorsqu’elles ne sont pas spécifiées sur la feuille d’équipe. Il peut aussi être utile de mentionner où se placeront les interprètes en langues des signes et que toute l’équipe bénéficiera des mêmes pauses. Si cela s’avère nécessaire, le chef d’équipe devrait signaler clairement ces points au président de séance. Lorsque le chef d’équipe indique que la séance est levée pour les interprètes, cela s’applique aussi aux interprètes en langues des signes.

4. Placement des interprètes en langues des signes

Les interprètes en langues des signes ne travaillent pas en cabine comme leurs collègues en langues vocales. Ils interprètent à partir de la salle de réunion ou de conférence, à proximité des orateurs et se positionnent afin que les participants sourds les voient correctement. Les interprètes en langues des signes doivent s’installer à un endroit où les participants sourds auront dans leur champ de vision tant les interprètes que les orateurs. Les interprètes en langues des signes utilisent des écouteurs pour entendre les interprètes en langues vocales dont ils devraient éventuellement prendre le relais et se servent d’un micro baladeur (ou à main) lorsqu’ils travaillent vers une langue vocale afin d’être entendus de leurs collègues qui utiliseraient le relais.



[1] http://www.eud.eu/publication/book-publications/sign-language-legislation-european-union-edition-ii/

[2] http://www.eud.eu/about-us/eud-position-paper/international-sign-guidelines/

[3] Wit, M. de (2016). Sign Language Interpreting in Europe, 2016 edition

Recommended citation format:
Sign Language Network. "Lignes directrices pour les interprètes en langues vocales travaillant en équipes mixtes". aiic.at January 19, 2017. Accessed September 22, 2017. <http://aiic.at/p/7846>.